câble sous-marin potentiel pour Antilles-Guyane

Un câble sous-marin coûte en moyenne 30 000 euros par kilomètre à l'installation et a une durée de vie de 25 ans. Les coûts d'exploitation et maintenance sont d'environ 4 % par an. Soit un coût total sur les 25 années de 60 000 euros par kilomètre. C'est-à-dire 200 euros par mois et par kilomètre.

Pour relier tous les territoires français des Antilles et la Guyane à Miami, il faudrait 4000 kilomètres de câble sous-marin. Le coût total (investissement initial plus exploitation) de ce câble serait de 800 000 euros par mois.

Il y a 1,1 milions d'habitants aux Antilles et en Guyane. Il y a 400 000 accès haut ou très haut débit dans ces territoires. Orange ayant sa propre infrastructure, on va ignorer ses 65% de parts de marché. Il nous reste donc environ 140 000 accès fixes haut et très haut débit.

Le coût du câble sous-marin serait ainsi de 5,70 euros par accès et par mois pour un opérateur alternatif, quel que soit le débit fourni.

Aujourd'hui, le coût supporté par un opérateur alternatif est de 22,50 euros par accès et par mois (75 euros par Mbit/s pour 300 kbit/s consommés).

La construction d'un nouveau câble sous-marin permettrait ainsi de diviser par 4 les coûts du transit aux Antilles et en Guyane.

Notez bien que le débit fourni est sans impact sur l'économie du câble (celui-ci peut encaisser plusieurs térabits et ne coûtera pas pour autant plus cher) et qu'il pourra ainsi supporter le très haut débit pour tous à un coût constant par abonnement.

Alors imaginez ce qu'on peut faire dès aujourd'hui avec les infrastructures existantes

Toutes les liaisons dont on parle existent déjà. La Guyane est reliée à la Martinique via le câble Americas-2. Les îles des Antilles françaises sont reliées entre elles par les câbles d'initiative publique GCN et MCN. Et enfin, celles-ci ont accès à de nombreuses liaisons vers Miami, soit via les îles de Sainte-Croix et Saint-Thomas (îles Vierges américaines) soit via Puerto Rico (États-Unis).

Alors que faire ? Ou plutôt que ne pas faire ?

Il faut éviter à tout prix de retomber dans le schéma de délégation de service public qui ne fonctionne pas. On en fait la douloureuse expérience avec GCN, et l'on ne peut que constater que ses tarifs sont beaucoup trop élevés et le resteront, car une entreprise commerciale doit quoi qu'il arrive prélever sa (grosse) dime sur les tarifs pratiqués.

Il ne faut pas créer un consortium d'acheteurs. L'achat groupé de capacité permettrait certes aux deux ou trois gros FAI alternatifs de la région de se fournir en capacité à coût réduit, mais fermerait définitivement le marché de détail de l'accès à internet aux nouveaux entrants ou aux petits acteurs sur nos territoires, bloquant ainsi le jeu de la concurrence au détriment des utilisateurs.

Il ne faut pas non plus subventionner l'achat individuel de capacité par chacun des FAI au titre de la continuité territoriale. Ce serait un dispositif particulièrement inefficace pour les finances publiques, car il ne bénéficierait pas des économies d'échelles potentielles.

Les collectivités ne doivent pas non plus faire cavalier seul chacune de leur côté. La taille des marchés respectifs de chaque collectivité étant trop faible pour obtenir une baisse suffisante des tarifs de capacité.

Au contraire, en se regroupant, les territoires français ont l'opportunité de régler une fois pour toute ce problème qui empêche l'essor du très haut débit et la baisse des tarifs de l'accès à internet dans nos régions.

Une piste de solution serait la formation d'un groupement (par exemple une SPL) entre nos collectivités qui acheterait non pas de la capacité en mégabits, mais de la fibre noire, ou à défaut des longueurs d'ondes sur les câbles existants, et revendrait cette capacité, dans une parfaite équité et transparence, aux acteurs locaux de l'internet.

Nous avons vu précedemment que l'équation économique tenait la route, même si nous devions construire un nouveau câble. Il ne reste qu'à nos politiques à s'entendre, et ainsi faire passer nos territoires dans l'âge du vrai THD pour tous.