igwan.net

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

Tag - saint-barthélemy

Fil des billets - Fil des commentaires

jeudi 2 octobre 2014

Actualité de l'aménagement numérique à Saint-Barth

Câble sous-marin SSCS

Le second câble sous-marin de l'île, en attente depuis plusieurs mois à Shell Beach, va bientôt pouvoir être mis en service. La collectivité vient en effet de voter la signature d'une convention d'occupation des fourreaux et d'hébergement de baies avec l'opérateur du câble.

2014-997 CE – Convention entre SSCS BV et la Collectivité de Saint-Barthélemy pour la mise à disposition d’infrastructures d’accueil des câbles de communications électroniques et d’espaces d’hébergement de baie en local technique

Liaison de collecte pour Dauphin Télécom

Dauphin Télécom devient le premier client de l'offre de fibre noire de la collectivité. L'opérateur va bénéficier de la mise à disposition d'une paire de fibre noire reliant Gustavia au NRA de Lorient afin de collecter le trafic de ses clients cuivre en dégroupage.

2014-998 CE – Convention de mise à disposition de brins de fibre optique noire à l’opérateur Dauphin Télécom

Montée en débit

Le conseil exécutif vient de valider la convention de mise en disposition par la collectivité à Orange de deux emplacements réservés aux futurs NRA-MeD ainsi que de brins de fibre optiques pour la collecte de ces armoires.

2014-996 CE – Convention entre Orange et la Collectivité pour la mise à disposition d’infrastructures support de la montée en débit aux points de raccordement mutualisé

Mise à jour du 19/01/2015 : Convention MED signée avec Orange - demande CADA

Mise à jour du 28/01/2015 : Convention LFON Dauphin Telecom liaison Gustavia-Lorient - demande CADA

jeudi 22 novembre 2012

Un nouveau câble sous-marin à Saint-Barthélemy ?

Un nouveau câble sous-marin à Saint-Barthélemy ?

Saint-Barth va-t-elle bientôt être connectée à un second câble sous-marin ? La collectivité veut en tout cas étudier cette opportunité et vient donc de publier un avis de marché public en ce sens.

Actuellement, Saint-Barth est reliée au reste du monde par un unique câble sous-marin appartenant à GCN. Outre les problèmes de concurrence que pose le contrôle exclusif des liaisons par un seul fournisseur, l'existence d'un unique câble mettait l'île dans une situation précaire. Une panne sur ce câble pourrait en effet avoir un effet catastrophique sur l'économie de l'île.

Le futur câble sous-marin va permettre d'une part d'assurer la sécurisation des liaisons, et d'autre part de faire baisser drastiquement le coût du trafic. Ces deux conditions sont en effet indispensables au déploiement du futur très haut débit.

m.à.j. du 20/01/2013 C'est la société Tactis qui a été choisie pour cette étude d'un montant de 8000 euros. (Source : annonces légales du Journal de Saint-Barth n°1010 du 17 janvier 2013). Cette société n'en est pas à son coup d'essai puisque c'est elle qui avait rédigé, il y a quelques années, le fameux rapport d'audit sur le système de câbles sous-marins GCN.

jeudi 26 juillet 2012

Effacement des réseaux à Saint-Barthélemy : convention signée avec France Télécom

Selon l'article du Journal de Saint-Barth du 25 juillet 2012, la collectivité de Saint-Barthélemy vient de signer une convention avec France Télécom pour l'enfouissement des câbles des réseaux téléphoniques.

Suivant cette convention, France Télécom utilisera les fourreaux construits par la collectivité à l'occasion de la réfection des routes et non ses propres fourreaux comme la société en a l'habitude. Ces fourreaux seront donc ouvert à tous les opérateurs.

Cette convention met fin à un long désaccord qui avait poussé la collectivité à taxer les câbles posés en aérien à raison de 2 € le mètre linéaire. L'instauration de cette taxe avait fait l'objet d'un recours par France Télécom au Conseil d'Etat.

Les travaux devraient commencer par les quartiers de Lurin et Gouverneur.

dimanche 22 avril 2012

Gestion des noms de domaines ultra-marins : igwan.net soutient l'AFNIC

Un appel à candidature a été lancé par l'Etat pour la gestion des noms de domaines des territoires ultra-marins français. L'AFNIC gère déjà les extensions suivantes :

  • .fr pour l’ensemble du territoire français
  • .pm pour St Pierre et Miquelon
  • .re pour la Réunion
  • .tf pour les Terres Australes et Antarctiques Françaises
  • .yt pour Mayotte
  • .wf pour Wallis et Futuna

Le nouvel appel à candidature concerne :

  • .bl pour Saint-Barthélemy
  • .mf pour Saint-Martin
  • .gf pour la Guyane
  • .gp pour la Guadeloupe
  • .mq pour la Martinique

Il ne fait pour nous aucun doute que l'AFNIC, association sans but lucratif, saura assurer la gestion de ces extensions avec toute l'impartialité et l'expertise technique dont elle a déjà fait preuve.

L'association soutient donc sans réserve la candidature de l'AFNIC. Faites de même en remplissant un simple formulaire sur le site : je-soutiens-afnic.fr

NRA de Lorient : la fibre optique arrive

Le Journal de Saint-Barth nous informe qu'un crédit de 300 000 euros vient d'être alloué à la construction d'une liaison par câble de fibre optique entre les NRA de Gustavia et de Lorient.

Ces derniers mois, des travaux avait été réalisés pour installer des fourreaux permettant d'accueillir ce nouveau câble.

Cette fibre optique qui sera louée par la collectivité aux opérateurs, permettra à ces derniers d'offrir leurs services xDSL aux clients raccordés au NRA de Lorient (toute la partie Est de l'île) et ainsi d'ouvrir réellement le marché à la concurrence qui jusqu'à lors était dominé par France Telecom Orange, qui disposait déjà de son propre câble.

mardi 13 mars 2012

point sur les projets en cours

hotspots

  • techniquement tout est prêt
  • nous testons une nouvelle solution pour les logs (qui va rester simple et minimale, tout en répondant aux exigences de la loi)
  • on va activer le WPA2-AES (le mot de passe est public bien entendu) pour au moins limiter les écoutes sauvages

lobbying local

  • on est attentifs aux propositions des candidats aux élections territoriales en matière de numérique
  • l'un d'eux trouve les prix du mobile trop cher, il propose donc ... une taxe (voir l'amendement en PDF)

GCN

  • pas de réponse à notre mail de décembre
  • toujours pas d'offre publiée sur leur site web malgré la décision de l'ARCEP
  • courrier plus formel dans les prochains jours

jeudi 22 décembre 2011

taxation des câbles aériens : objectif louable, décision maladroite

Le Conseil territorial de Saint-Barthélemy a adopté le 28 octobre 2011 l'instauration d'une taxe sur les câbles électriques et de télécommunications posés en aérien (sur poteaux). Les opérateurs devront s'acquitter d'une taxe de 2 € par mètre linéaire et par année.

Pour comparaison, le montant maximal prévu par décret pour la redevance d'occupation du domaine public routier en aérien est de 49,29 € / kilomètre ! Il s'agit donc là d'une taxe extrêmement lourde et qui se veut particulièrement dissuasive. Les fourreaux souterrains mis à dispositions par une collectivité se louent en général à des tarifs de l'ordre de 1 €/ml/an. Nous ne connaissons pas les offres de la collectivité de Saint-Barthélemy.

A notre avis, l'objectif annoncé, qui est de réduire le nombre de ces installations disgracieuses, est louable. En revanche, il aurait été préférable de limiter l'application de cette taxe aux routes équipées d'infrastructures souterraines.

En effet, plusieurs routes sur l'île ont été refaites récemment, et sans coordination avec les opérateurs d'énergie et télécoms, on retrouve les précédents poteaux, prisonniers du béton tout neuf, alors que des conduites et des chambres ont été construites dans la voirie et restent inutilisées. C'est à notre avis seulement dans ce type de cas que l'incitation fiscale sera efficace et que les opérateurs seront intéressés à enfouir leurs réseaux.

Sur les voies non encore refaites, il est contre-productif de taxer les câbles aériens, seuls moyens de desserte des habitations. En plus de ne pas créer d'incitation à l'opérateur (malgré la taxe, l'opérateur ne va pas se lancer seul dans du génie civil qui serait détruit à la prochaine réfection), c'est le consommateur final qui sera indirectement taxé. Dans ces zones, encore très nombreuses, c'est également un frein au déploiement de réseaux en fibre optique en aérien, seul moyen économiquement viable de raccorder leurs habitants au très haut débit à court terme.

Mise à jour du 26/12/2011 : Il nous semble que cette décision aurait du faire l'objet d'une consultation de l'ARCEP (article L36-5 du CPCE). Nous allons interroger l'Autorité à ce sujet.

Mise à jour du 05/01/2012 : La décision n'a pas fait l'objet d'une demande d'avis de l'ARCEP. D'autre part, nous avons contacté la direction régionale de France Telecom pour connaître leur position au sujet de cette taxe.

lundi 12 décembre 2011

le câble sous-marin GCN


Seule porte de sortie viable de l'ile, le câble sous-marin GCN (Global Carribean Network), financé à 75% par des fonds publics, et dont l'extension à Saint-Barthélemy a fait l'objet d'une subvention de 1 M€ de la collectivité, est le passage obligé pour les nouveaux opérateurs de l'ile.

Jusqu'à il y a peu, on ne connaissait du GCN que son tarif exorbitant de 375 € le Mbit/s, datant de sa mise en service en 2007. Or nous venons d'apprendre que l'ARCEP a mené une étude détaillée sur les liaisons vers l'extérieur de l'ile. Par suite, l'Autorité a considéré à juste titre l'opérateur du câble comme exerçant une influence significative sur ce marché, et lui a imposé des obligations de transparence et de non-discrimination. En particulier, GCN est tenu de publier une offre de référence incluant ses tarifs et les modalités techniques de son offre que je ne retrouve pas pour l'instant sur son site.

Article 7

Global Caribbean Network publie une offre technique et tarifaire d'accès relative au marché pertinent défini à l'article 2. Cette offre comporte a minima une partie sur les offres de capacités sous-marines ainsi qu'une partie sur les offres de colocalisation et de raccordement distant associées à ces prestations. [...]

Nous nous réjouissons de cette décision de l'ARCEP, à même de débloquer les freins au développement d'un internet local performant. Nous allons prendre contact avec GCN rapidement afin d'en savoir plus.

Mise à jour du 24/12/2011 : Nous venons de contacter GCN via leur site web faute d'avoir trouvé leur offre de référence. Nous ne manquerons pas de vous faire connaître leur réponse.

ouverture des premiers hotspots

Ca démarre doucement. J'ai terminé les tests sur les Nanostation M2 et M5 pour les hotspots de l'asso. On démarre donc avec un point d'accès sur Grand Cul-de-Sac (2,4 GHz), en accès libre. Pour ceux qui sont dans le quartier et en besoin de connectivité, on peut étudier un pont (5 GHz). On a la partie Est de l'anse de Grand Cul-de-Sac et quasiment toute l'anse de Petit Cul-de-Sac en visibilité depuis un point haut.

L'accès fourni est en NAT, les ressources IPv4 se faisant rares, sur une adresse IP publique au nom de l'association et dédiée au hotspot. Le trafic vers internet ressort à New York. Actuellement on a pas de meilleure solution pour distinguer la responsabilité du titulaire l'abonnement ADSL qui le met gracieusement à disposition des utilisateurs, et d'autre part, on veut contourner la non-transparence de l'accès internet utilisé (blocage du port 25 en sortie et des choses pas nettes sur le port 53 en UDP...).

Dans la pratique, la latence est faible (40-50 ms) jusqu'au routeur de sortie à NYC. Le débit réservé au hotspot est de 2 Mbit/s en down et 500 kbit/s en up.

Bonne nouvelle, il y a de l'IPv6 (un /64 pris dans le /48 de l'asso et fourni par un tunnel qu'on termine sur notre routeur). Le préfixe est annoncé sur le LAN de l'access point, rien à faire de particulier de votre côté.

On ouvre le hotspot dès qu'on reçoit le récépissé de déclaration ARCEP.

dimanche 17 juillet 2011

projet local : desserte des zones blanches et grises à Saint-Barthélemy

ADSL à Saint-Barthélemy L'architecture du réseau de desserte ADSL à Saint-Barthélemy
La situation
  • 21 km²
  • 8700 habitants
  • 6500 lignes
  • 2 NRAs (Gustavia pour la partie ouest et la capitale, Lorient pour l'est), dont un seul est dégroupé
  • des offres en ADSL2+ à 18 Mbit/s (uniquement sur le NRA de Gustavia)
  • des offres HSDPA (3G+) sur des zones limitées
  • du transit IP disponible sur le câble sous-marin GCN à Gustavia
Liaisons vers l'extérieur de l'ile Les portes de sorties de l'ile
Le problème
  • lignes saturées sur le NRA de Lorient, pas d'ouverture de nouvelles lignes dans certains quartiers (certains attendent depuis 18 mois)
  • des débits très faibles aux deux extrémités de l'île (lignes de 6000 m)
  • prix élevé des offres ADSL (28 euros pour du 512 limité à 3 Go de transfert, 45 euros pour 1 Mbit/s, 70 euros pour 2 à 20 Mbit/s)
  • accès 3G+ dans les zones couvertes mais applications très limitées (pas de streaming, pas de P2P, pas de VoIP)
La solution
  • un réseau radio (backbone en point-à-point, desserte en point-à-multipoints)
  • déploiement rapide
  • faible coût (50 à 70 euros par module avec les produits Ubiquiti)
  • débits élevés (jusqu'à 100 Mbit/s sur plusieurs km)
  • à 5 Ghz (bande des 2,4 Ghz saturée)
  • pas d'autorisation (simple déclaration à l'ARCEP)
  • transit IP via tunnels sur des lignes ADSL courtes (ou idéalement transit IP via le GCN)
Besoins
  • suffisamment de points hauts
  • des bonnes volontés
  • du temps
Appel à contributions

Si vous souhaitez participer, merci de nous contacter : contact (arobase) igwan (point) net.